Limited access

Upgrade to access all content for this subject

Elle avait croisé les mains autour de son genou; et, immobile, le visage vers la mer, elle songeait. Des images, des souvenirs, des pensées imprécises erraient, confus, en son cerveau; pareils à des ombres qu'elle regardait presque curieusement —interrogative un peu, aussi. Et attentive devant ce monde mystérieux qu'elle apercevait au plus profond de son âme, elle devenait étrangère aux choses extérieures. Elle n'entendait même pas l'éclat des rires, les voix aiguës des fillettes jouant dans la prairie allongée vers la route qui passait plus bas...

(Henri Ardel, Le Chemin qui descend, 1916)

Pourquoi l’auteur compare les pensées de la fille aux ombres ?

A

Il y a peu de clarté dans sa contemplation.

B

Ses réactions reflètent sa grande tristesse.

C

Les actions des autres sont incompréhensibles.

D

Elle se soucie de son environnement.

Select an assignment template